Nostalgie citadine

Même la neige ne réussit pas à atténuer la lassitude que j’éprouve vis-à-vis de mon environnement direct : la ville, partout. En haut (satanées tours), en bas (herbes folles où êtes-vous ?), à droite, à gauche. Comme chaque année, après une période d’environ 4 à 5 mois suivants la semaine bienheureuse de vacances à la campagne ou à la mer, je suis prise par cette nostalgie indicible. Me souvenir du goût de l’air, des paysages aux couleurs douces, des activités insouciantes, me tord le cœur, et me fait monter les larmes aux yeux. 

Après ce moment de régression/dépression, je reviens à la réalité, froide et rationnelle. Qui s’enterre à la campagne ? Qu’y a-t-il à faire au quotidien ? Etc. Mais cela ne me convainc pas complètement et je ne cesse de rêver à une petite maison pas très loin d’une prairie, connectée à Internet. Au programme : balades, écriture, balades, cueillettes, balades, …
Cela m’enjoint donc à décider des prochains sujets que j’écrirai sur le blog, car jusqu’à présent, rien ne se dessinait vraiment.

  • L’Aveyron : qui ne l’a pas vu n’est pas vraiment en vie.
  • Le style cosy amélioré : un bout de campagne anglaise pour sentir l’air pur chez soi (ou : mon idéal déco).
  • La gastronomie qui apporte le bonheur, selon moi bien sûr.
  • La Belle Epoque et ses incroyables maisons en bord de mer : Cabourg, Dinard. Du chic, du snobe, y a que ça de vrai.
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s