Pas de répit sur le front

Alors que bon nombre de collègues prennent leurs vacances cette semaine et que ceux qui viennent travailler savent que leur productivité n’a pas besoin d’être au summum (c’est ce que je croyais aussi …), de mon côté, je ne peux pas flancher !

« Quand y en n’a plus, y en a encore ! »
Ce qui est terrible, en dehors du fait que le métier est intéressant ou pas, c’est cette sensation d’enchaîner les jours travaillés, les horaires qui rythment et segmentent toute ma vie : un désespoir en soi (partagé par des milliards de personnes). Mais un désespoir intrinsèquement fatal, qu’il est plus avantageux de réévaluer avec distance et objectivité, histoire de continuer à se voiler la face sur l’humanité.

Tantôt je maudits les 35h assortis de 10 heures de transport par semaine. Tantôt je pleure en pensant à tout ce besoin de sommeil qui empiète sur mes heures non travaillées : mes loisirs. Que sont-ils devenus ceux-là ? Des lambeaux d’activité improductive.

Le tableau est bien noir, désolée. Sans doute dû à cette atmosphère de criiiise.
Et toutes ces questions que je continue à me poser*. Jamais je n’y trouverai de réponses. Celles-ci ne sont-elle pourtant pas le fil rouge de la vie ?

Qu’une planète nous écrase tous, on sera débarrassé au moins.

* Quel métier faire ? Pour quels loisirs opter ? Quelles techniques adopter ? Quelles attitudes en société ? Quels mots pour s’exprimer ? Quelle expression dans mes phrases ? Quels livres lire ?

Et désolée pour le côté décousu / jeté en pâture.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s