The Help

Souvent, les films anglo-saxons récents conservent leur titre en version originale, afin de ne pas influencer le sens initial et orienter le potentiel spectateur dans une mauvaise direction. Je trouve que c’est, en effet, bien mieux.

La couleur des sentiments est le titre traduit de The Help de Kathryn Stockett, initialement un roman adapté l’année dernière en film. Cette traduction se comprend à la lecture mais oriente bizarrement le récepteur. Le côté « à pleurer dans les chaumières » n’est pas approprié. On y traite, avant de parler de sentiments, de femmes qui ont décidé de changer le regard des autres sur leur condition.

Pas féministe pour autant, le roman est une mise en abîme : l’auteur fait mine de collecter les témoignages des femmes impliquées par la rédaction d’un livre à visée documentaire et sociologique portant sur la vie des domestiques noires chez leurs employeurs et s’intitulant The Help (traduit en français par Les domestiques).

Un roman simple et efficace dans lequel l’auteur n’hésite pas à montrer sa fragilité : être impliquée directement dans l’écriture du roman implique forcément un point de vue à double tranchant. En effet, Stockett a été l’enfant élevée par une femme noire à qui elle s’est attachée. Attachement qui se révèle douloureux dans un contexte de haine raciale. Son regard inchangé depuis l’enfance, contrairement à celui des autres petits blancs qui grandissent et finissent par se comporter comme leurs parents, c’est-à-dire à faire perdurer un esclavagisme caché, est plein d’équité. Elle se demande pourquoi tant d’injustice. Tout en essayant de ne pas tomber dans l’atermoiement et les larmes et en traitant les « témoignages » à la première personne, se faisant la voix d’unetelle et d’unetelle.

Le grand intérêt que j’ai trouvé au livre c’est qu’il m’a appris un pan sociologique des États-Unis qui m’était inconnu et un mode de vie particulier au Sud-Est dont je n’avais qu’une mince idée, assez fausse de surcroit.

Publicités

3 réflexions sur “The Help

  1. J’ai lu ce livre et… j’ai pas du tout aimé. Dès qu’il sa’git que des noirs américains s’émancipent, c’est toujours un blanc / une blanche qui tient le rôle du héros.
    Sur le même sujet (relation noirs /blancs et domesticité aux USA), le livre de Toni Morrison « Blue Eyes » est beaucoup plus pertinent….et véritablement dérangeant. Je ne sais pas quel est le titre en français, mais tous ces livres ont été traduits en français.

    • Julie dit :

      Je comprends, j’ai un peu réagi comme ça au début. Ça me gênait ce rapport entre les catégories sociales et raciales. Mais Il s’agit d’un roman autobiographique. Une part de réalité, une part de fiction et notamment d’utopie.
      Et c’est un témoignage, pas un essai d’Histoire. Pour l’Histoire il y a Martin Luther King ou Rosa Parks (et en l’ocurence le personnage de Minnie Jackson qui est très réticente à cette histoire de bouquin écrit par une blanche) pour montrer que les noirs n’avaient pas besoin des blancs pour s’émanciper.
      Donc il faut vraiment prendre ce livre en ayant conscience de tout ça. Et qu’une société c’est un agrégat complexe de tensions et de dominations…

  2. Oh Je ne doute pas qu’une société soit un agrégat complexe de tensions et de dominations…ce que je reproche à ce livre, ce n’est pas d’être un roman, c’est justement son manque de complexité, sa naïveté. Et qu’il existe des tonnes de films US qui filent ce même thème du blanc libéral qui « sauve » les noirs de leur aliénation.
    C’est pour ça que sur ce thème je préfère de loin Toni Morrison. Mais à chacun ses goûts et ses sensibilités…politiques.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s