La permaculture

Quelques mots sur la permaculture : non pour l’expliquer, un article ne suffirait pas, mais pour comprendre en quoi cette façon de voir les choses est intéressante.

Pour ceux qui ne connaissent pas ce qu’on entend par le néologisme anglophone « permaculture » (contraction de « permanent culture »), allez voir les vidéos de Damien Dekarz, il en parle bien.

En effet, la permaculture n’est pas une méthode de culture. Elle est plutôt une sorte de philosophie de l’expérience alliée à de la science appliquée, certains parlent de design de vie. Pourquoi pas. Pour moi c’est plutôt un questionnement perpétuel sur la vie, quotidienne comme en général, et sur nos connaissances. Un questionnement qui remet en cause un bon nombre (voire toutes) d’idées reçues sur l’agriculture.
Par exemple (et quel exemple !) : retourner la terre. Pour la permaculture, cela signifie mettre à nu ce qui ne devrait pas voir le jour, assécher la terre, détruire des champignons, des vers de terre etc. Bref, c’est bouleverser un système qui fonctionne très bien sans nous. Imaginez comme les permaculteurs peuvent être vus par l’agriculture dite « moderne ». Mais de terre, j’en reparlerai dans un autre article…

Un autre exemple : la gestion des ravageurs. Le permaculteur essaiera de cultiver plus de salade qu’il n’en consomme afin de rassasier les rongeurs avec ce surplus. C’est vrai que cela peut paraître naïf pourtant c’est une vision globale qui prime et pas seulement une vision anthropocentrée.

De plus, j’aime l’idée que l’on peut obtenir mieux que l’agriculture conventionnelle sans produits chimiques (qui sont coûteux, mortifères et dont l’achat engraisse des multinationales sans morale ni scrupule), sans avoir besoin de milliers de watt, de milliers de litres d’eau, … A l’heure où même moi et mes 30 années d’existence, risquons de voir la fin du pétrole sur lequel on a tout misé et on mise encore, y compris en ce qui concerne notre alimentation…

La permaculture va avec la décroissance c’est vrai : la récup’ en est la colonne vertébrale. Mais on est loin du misérabilisme et de la victimisation auxquelles la décroissance est souvent réduite. Parce qu’elle signifie qu’il nous faut produire juste ce dont on a besoin et que le temps qu’on y gagnerait, ça ! ce serait le Vrai Progrès !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s