Début d’automne

Un 2 novembre, il était temps de parler du début de la saison !

Avant le déménagement j’ai profité d’un dimanche ensoleillé à vélo. Au détour d’un chemin sur les hauteurs de Bièvres je découvre une maison qui (me) fait rêver.
Perdu dans une clairière en pleine forêt, au milieu des herbes jaunies et anarchiques, ce manoir qui n’a pourtant rien d’attirant par son architecture, semble comme un enfant sous les chênes centenaires.

La grille du parc très arboré en impose et nous empêche d’entrer, tandis que la végétation négligée, comme à l’abandon, nous presse de venir la visiter pour y dénicher de vieilles pierres, un puit, un ancien mur. Et nous y perdre. Quelle frustration !
(L’énorme cadenas ne m’a pas empêchée de tenter l’ouverture de la grille … Je suis trop curieuse !)

1er repas de la journée

J’ai toujours rêvé d’une vie dans laquelle chaque petit-déjeuner était pris en compagnie de quelqu’un. Chaque jour, commencer la journée et déguster le plus important des repas et ! le partager avec un proche. Ou un très proche.

Ce rêve provient sûrement des séries et films mi-romantiques mi-americandream, style Friends & Co.
La matinée peut ainsi démarrer dans la tranquillité, avec une conversation légère, le tintement de la cuillère dans le pot de confiture, l’odeur du pain toasté, la vue charmée. Même le plus mauvais des réveils s’oublie quand on passe à table.

Le truc en + : Nico a mis la table du petit-déjeuner la veille avant de se coucher. J’aime.

Question : peut-on aborder les sujets sérieux à ce moment-là ? Quand la personne en face a les yeux collés, le cerveau encore endormi ? …
Oui…

Dossier n°4 : Vacances Belle époque-Bord de mer

Côtes rocheuses, plages de sable, les stations balnéaires de la Belle époque se sont choisies des lieux idylliques pour installer leurs villas romantiques, pleines de chichis architecturaux !

Belle époque et bourgeoisie

Nul n’ignore que la Belle époque est le résultat des investissements industriels réussis d’entrepreneurs, devenus de grands bourgeois en recherche de luxe.
On comprend donc pourquoi l’architecture qu’ils demandent est aussi "régressive" en comparaison avec l’Art Nouveau, avant-garde moderne dont les représentants les plus célèbres sont Guimard et Gaudi. La nouveauté ne les intéresse pas tant que le classique chic ou l’excentricité baroque "pour faire comme les têtes couronnées".
Ainsi, si l’histoire de l’architecture a gardé en mémoire le mouvement de l’Art Nouveau, la grande majorité des constructions de l’époque ne peuvent être rattachés directement à cette petite révolution.

Bord de mer

Il en va de même pour toutes les villas qui bourgeonnent sur les côtes de la Manche. Leur point commun : être des manoirs ou des châteaux miniatures, avec une pointe de régionalisme chauvin.

L’engouement pour l’iode est excessif et fulgurant. Cependant, on voit naître celles qui deviendront de véritables maisons de famille : paradis pour les enfants en quête d’aventure, vitrine magique pour les parents en quête de bonne société, et havre de paix pour les grands-parents fatigués.
Ici, trêve de critiques et de commentaires, les villas de Dinard, Cabourg, Trouville, etc. se dégustent par les yeux. Et qu’on aime ou pas, elles son poétiques et invitent à la rêverie.

Dinard







Cabourg

Trouville

Houlgate