Encadrez

Pauvres cadres destinés à la poubelle, vous m’avez donné envie de vous remplir.

Pomme et sa branche, stylo encre, feutre et crayon

J’aime bien le décalage entre le style gravure et le cadre cheap, même s’il est fortuit.

Publicités

Aveyronnaise

Je suis aveyronnaise, ça y est ! Car j’ai réussi ! J’ai filé l’aligot !!!
Bon, c’est vrai que je n’ai pas de preuve par l’image, juste des témoins oculaires.
Et je remercie mes convives pour les compliments, ainsi que ceux relatifs à mes pizzas.

L’autre jour j’ai fait ressurgir une recette de roulés à la cannelle que j’avais notée sur un papier il y a plus d’un an. Je me suis dit que c’était un signe et qu’il fallait que je la teste. Et que ça ne pouvait qu’être meilleur que ceux d’Ikea qui franchement sont rassis et fades (étaient-ils périmés ????!!! comme les gâteaux chinois à la pâte de soja ? Me suis faite avoir à Tang Frères !). C’est donc mon prochain projet sucré.

La semaine dernière j’ai utilisé (tout !) le paquet de feuilles à raviolis pour tester les raviolis chinois au porc, à la vapeur dans la cocotte, et des gyozas au boeuf, frits dans l’huile de sésame, quel délice.

L’immersion en Asie s’est poursuivie au quartier Sainte-Anne à Paris pour manger un ramen et (encore !) des gyozas, et ce soir, c’est tout mon corps, et non plus seulement mes papilles, estomac et tutti quanti, qui sera sollicité pour apprendre le Viet Vo Dao !

Ra vi O li

Ce soir, grande première, je teste les raviolis chinois à la vapeur sans cuit-vapeur ni panier-vapeur ni rien spécial vapeur !
Risqué ? Oui sans doute : ma cocotte est mon alliée dans cette nouvelle exploration culinaire.

Peut-être d’autant plus risqué que les deux fois où j’ai essayé de confectionner des raviolis classiques, ça n’a donné qu’un assortiments de sblurbs informes.

Cette fois-ci j’ai acheté les feuilles à raviolis toutes faites, ça devrait se passer de façon moins stressante !

(petites gribouilles faites au boulot : chuuut !)